Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 septembre 2008

Heureusement qu'elles étaient là !

Fill camps feu de bois.jpg
Bin ouais..... Heureusement qu'elles étaient là ! Les Filles !
Sinon, nous n'aurions pas eu une seule photo de feu de camp, à présenter sur ce blog ! Même pas avec les Garçons !
Pourtant, en soirée, lorsque l'ombre s'étend sur la terre...pour la plonger dans l'obscurité, les campeurs vivent chaque fois des moments de grande fraternité !
"Monte, flamme légère..."   Le regard s'éloigne vers les étoiles ! Un baillement s'étire !   La couverture ne suffit plus pour réchauffer le dos, les bras ! Après quelques chants entonnés proposés par le répertoire FNP, les paupières se font lourdes ! Dirigeants ou Campeurs, on est tous fatigués !
Vient alors le moment de la prière suivi du coucher.  De l'extinction des feux !  Dodo, tout le monde !
Mais...  

Bizarrement, l'envie d'aller dormir est passée. Place au chahut... !  En avant toute... pour les farces silencieuses !

16 septembre 2008

En mélodie avec Soeur Sourire !

Fill camps ronde.jpg
Quel joli cliché !  En l'admirant, j'ai l'impression de réentendre Soeur Sourire qui, en 1963, a composé et interprété "Dominique", une chanson belge qui n'a pas encore été détroné de son record en Belgique : deux millions de disques !
Quarante-cinq ans plus tard, il est question de réaliser un film sur cette none chantante, un rôle interprété par Cécile de France, l'actrice belge namuroise.
Quant aux patronnées formant une ronde en se croisant les bras... rien à dire : la rigueur de l'uniforme mérite autant d'éloges que leur sourire !  Bravo, Mesdemoiselles !  Ces exceptionnels moments-là, vous les avez vécus ! 
Impossible à revivre aujourd'hui !

Une petite musique rétro ??? Ca vous dit ????

15 septembre 2008

Un autre départ ! Celui de ces demoiselles !


Fill cuisine depart.jpg
Belle photo que ce rassemblement pour un départ en camp !  A inspecter les présentes, ce doit être à destination de... La Cuisine, encore.
C'est mon petit doigt qui le dit !
De plus, la façade devant laquelle pose le groupe semble bien difficile à reconnaitre.
Pour ce qui est des visages... laissons ce plaisir aux spécialistes !

14 septembre 2008

Vous avez dit "Corvée Paillasses" ?

Fill cuisine paillasse.jpg
A voir les ardoises fixées au mur, on peut déduire qu'il s'agit du camp du Patro des Filles, à La Cuisine, en 1964.
Pas facile de remonter le temps, avec précision, n'est-ce pas ?
Si, dans la note précédente, les garçons pouvaient bénéficier d'un attelage pour transporter leurs paillasses une fois remplies, il en était tout autrement pour les Patronnées chères à Mademoiselle Marthe et Soeur Marie-Paule.  Comme en témoigne ce cliché, où, au centre, on peut revoir Nelly V., la corvée "paillasses" ne manquait pas de charme non plus !
Mais... nous reviendrons largement demain sur les occupations des patronnées au cours de leur séjour ardennais.
Une question se pose toujours :
Pecq ?   Sclayn, La Cuisne ou encore d'autres lieux ? 
Il faudra que les "blogueuses" du coin se remuent les méninges pour apporter des précisions !

Faites connaitre ce blog à vos amis et amies en leur communiquant le lien.
Comment faire ?   Cliquez : fichier, envoyer, lien par courrier électronique... et vous tapez leur adresse !

13 septembre 2008

Corvée "Paillasses" !

Holl Romedenne paillasses.jpg


Dès l'arrivée au village de campement, la première corvée générale était, bien sûr, la mission "paillasses". A Romedenne, une charette avait mise à notre disposition par je ne sais quel riverain. Notre hôte ?  Peut-être ! Toutes les paillasses, une fois remplies, étaient chargées sur cette plate-forme.  Pour empêcher qu'elles ne roulent en bas au cours du transport, les patronnés-campeurs eurent l'ingénieuse idée de s'étendre par-dessus les sacs pour les retenir. Un convoi de première classe !

Aussi, le remplissage de paillasses a toujours été l'un des souvenirs les plus pittoresques des camps !  De la paille à gogo, arrachée des balots, bourrée par brassées dans ces housses de matelas... Il n'n fallait pas plus pour déclencher de grosses bagarres semblables à celles des... coussins.
Et René D., le président, avait beau s'époumoner pour maintenir le calme, il riait bien volontiers tout en étant attentif à la sécurité. Pas de Richmond à ces moments-là !

Moins marrant était le fait que, à partir du 5e 6e jour, certains patronnés, plus préoccupés par la rigolade entre copains lors du bourrage des paillasses, dormaient presque à même le sol par manque... de paille à l'intérieur du sac !

12 septembre 2008

Le "P'tit Vicaire", en voiture !

Holl Romedenne depart.jpg
Le jour J du départ pour Romedenne. Plusieurs dirigeants se rassemblent chez le vicaire Jean Hollaert pour une dernière mise au point de le trajet. Les campeurs partent en train pour gouter aux plaisirs du rail.  "L'aumonier", pour ne pas dire "vicaire ou directeur",  fera le voyage à bord de sa voiture... une R8, accompagné très probablement de John D. , René T. et Gérard DW., les trois qui ne figurent pas sur la photo de la gare (à Bruxelles-Midi... selon José P.)

Mais attention, en 1963, l'autoroute de Wallonie, l' E403 d'aujourd'hui, n'existait pas. Il fallait passer de ville en ville par Mouscron, Tournai pour atteindre Mons... sur une portion d'autostrade. Quitter Mons en direction de Beaumont, y faire une halte pour une dévotion mariale et aussi pour marquer le début des Ardennes.  Quelle expédition ce fut lorsque nous avions, en compagnie de René D, et Jacques S. effectué ce voyage pour dénicher ce charmant petit village de Romedenne, ce, sur les conseils successifs d'écclésiastiques qui, en fin de compte, se renvoyaient la balle... par charité chrétienne !

11 septembre 2008

Où, quand, pourquoi ce rassemblement ?

Fill camps avec deux s.jpg


Voici une photo pour laquelle il faudra nous renseigner. Si les visages nous sont connus, le lieu, par contre, semble intriguer. Est-ce un cliché pris devant la chapelle du Covent ?  Ou bien lors d'un camp des filles à... Pecq, Sclayn ou La Cuisine ?  Et quand ?
Le foulard n'indique-t-il pas qu'il s'agit bien d'un camp ?
Petit détail de valeur pour ce cliché : les deux demoiselles à l'avant-plan, Monique T. et Arlette L. ont toutes deux choisi de se consacrer à la vie relilgieuse.

Attention, le train "de la liberté" va partir !

Holl romedenne train.jpg
Départ pour Romedenne !  Chemises vertes, cravates et sacs à dos bourrés... faut dire, sincèrement, qu'on avait de la classe.
Mais qui peut reconnaître... la gare d'où fut pris ce cliché ?

Cette photo me fait surgir à l'esprit un autre souvenir, celui de mes...premières cigarettes. C'était en 1957, lors d'un camp à Petigny, avec l'Estu du Collège St-Henri. A l'époque, les wagons se divisaient encore en compartiments à banquettes de bois, donnant sur un couloir par une porte coulissante. Les étroites fenêtres s'ouvraient de haut en bas, grâce à ces languettes de cuir qu'il fallait actionner manuellement. Il y avait beau d'être écrit "E pericoloso sporgersi !", le plaisir était immense en penchant  au dehors, la chevelure au vent, pour humer en même temps la  fumée que crachait la machine à vapeur.  Quel parfum exceptionnel, ces volutes-là comparées aux premières bouffées que je tirais maldroitement de ma première cigarette. Et, pour faire comme les grands, j'ai essayé d'inhaler, en inspirant la bouche ouverte...au risque de m'étouffer par une abominable quinte ! Saloperie de fumée ! Puis, j'ai rallumé une autre cigarette... parce que ce train "cow-boy" qui nous emmenait en vacances était un peu celui de la liberté, loin de l'autorité parentale ! 
- "Saleté de cibiche"... et je me suis brûlé en plus ! 

10 septembre 2008

Enfin, voilà ROMEDENNE 1963 !

Holl romedenne rassemblement.jpg
C'est Marcel V. qui porte fièrement le fanion du permier camp de Romedenne, en 1963 !
De l'autre côté de ce peloton de Patronnés, deux membres attirent l'attention : ce sont les cuistots Christian G. et John D. qui ont eu fort à faire pour préparer la popotte sous l'oeil attentif du vicaire Jean Hollaert.
Au sein du groupe, on reconnait aussi, toujours avec sa Richmond entre les doigts, la silhouette du Président René D.
Quant aux autres campeurs participants à cette première expérience patronagiale, je vous laisse le plaisir de les reconnaitre.

Romedenne, petit village perdu dans l'entre-Sambre et Meuse, en province de Namur, à quelque 10 km à l'Ouest de Givet. Un ruisseau y coule : l'Hermeton, suffisamment profond pour y prendre... un bain de pieds !
Nous logions dans une classe d'une école désaffectée, et non "désinfectée" pour reprendre une naïve plaisanterie de l'époque.
Quant au "réfectoire"... on peut apercevoir les tables et chaises installées sous le préau de l'école.
Dans les prochains jours, nous revivrons en long et en large, grâce aux nombreuses photos, ce que fut ce mémorable camp !