Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 octobre 2008

Préparer un feu de camp ou construire une table ?

Holl Sosoye bois.jpg
Il faut admettre que, lors de cette photo, les règles de sécurité n'étaient pas très respectées.  Un coup maladroit du fer-main ou de hachette sur la chaussette, et c'était illico : direct à l'infirmerie. Mais, à Sosoye, y en avait-il une ?
Ce cliché illustre aussi le grand avantage que nous avions, là-bas, de disposer d'un bon petit stock de bois pour y installer du "mobilier - scout" réalisé par nous-mêmes grâce à la technique des noeuds et des brelages.
Avions-nous réussi à construire au moins une table avec ses deux bancs ???

22 octobre 2008

C'est le Président qui portait le casse-croute !

Holl en route.jpg


A bien examiner ce cliché... il pleuvait au cours de cette promenade !  Non, ce n'est pas les imperméables qui me le font dire, mais la mine résignée des campeurs. Jacques portait un bérêt militaire, Luc son bonnet de laine et Pascal sa toque du collège.
Quant à René, le Président, il se chargeait de porter le sac à dos rempli de tartines pour le "Quatre heures".
On était bien nourri, c'est vrai !

Quand je revois cette photo prêtée par José, je ne peux que mieux apprécier le dévouement de celui qui assurait la présidence du Patro de l'époque.
Les anciens te saluent, René !

 

21 octobre 2008

Pour monter dormir !...

Holl sosoye echelle.jpg

La voilà cette fameuse échelle sur laquelle il fallait grimper pour "aller dormir" dans cet espace juste sous les combles .
Les fermiers d'autrefois avaient cette sagesse d'entreposer la paille au-dessus des étables : cela formait un énorme matelas isolant pour les bêtes qui ne craignaient pas les rigeurs de l'hiver.  La chaleur animale dégagée par les bêtes empêchait le gel de s'y installer.
Mieux, la pièce principale du logis se situait tout à côté du local où vivait le bétail. On peut s'imaginer que, pour toute la famille agricole, 'il faisait bon y vivre.

Quant à nous, les Patronnés du Bizet, nous profitions seulement du charme champêtre de cette ferme typiquement ardennaise, avec quelques senteurs bien plus typiques que... la fumée de cigarette !

 

20 octobre 2008

Drôles de grottes !

Holl sosoye grotte.jpg
Et dire que nos ancêtres habitaient ces grottes !
Un cliché pris au cours d'une balade-découverte de la région de Falaën. Serait-ce donc ce lieu qui aurait incité les Patronnés en camp à se répartir en quatre équipes : les Trévires, les Eburons, les Nerviens et les Morins... Ces derniers se plaisent encore à rappeler une dérision amusante qui les faisaient rire : "Nous les Morins, nous buvons le sang dans le crâne de nos ennemis".  C'est ce qu'on disait à 18 ans.
Aujourd'hui, si proche de Maredsous, ces sexagénaires préfèreraient savourer la bière de l'abbaye dans la chope en grès vernissée grise.
Non ?
 

19 octobre 2008

Sosoye - Falaën, un camp à la ferme !

Holl sosye ferme.jpg
Voici donc la ferme où les Campeurs du Bizet ont logé en 1964 : à Sosoye-Falaën, près de Maredsous.
Ce cliché offre une belle vue d'ensemble de la cour de ferme au milieu de laquelle, jutait un odorant fumier qu'appréciaient les poules... et même un patronné non-reconnaissable.
La grande porte cochère du bätiment en vieilles pierres, donnait sur une immense grange, là où le vicaire célébrait, sur son petit autel portable (une valise contenant le calice, la patène, la palle et les burettes + le vin blanc  (hic)) la messe journalière... obligatoire.
Qui étaient les cuistots ?  Sans certitude, je pense à Marie-Henriette et Marcel ?  Est-ce que je me trompe ?

18 octobre 2008

Nouvelle expédition vers les Ardennes !

Holl Sosoye train.jpg

Les rails, du côté gauche de la photo, indiquent que les Garçons sont à nouveau... dans une gare !  Mais laquelle ?
Et à destination de quel village ardennais ?  A bien examiner les "kidbag" que l'ami José porte sur la tête, on peut y lire l'endroit du camp de 1964.
En regardant bien aussi le fanion qu'exhibe fièrement le regretté Luc D. il y est marqué "Trévires".
Mais que signifiait donc ce nom d'une peuplade d'anciens Belges.
Ce camp, pour ceux qui s'en souviennent, fut placé sous le thème de notre bien lointaine histoire.
Les campeurs étaient divisés en quatre équipes, qui, au cours des dix jours d'exil dans la très coquette vollée de la Molignée, devaient se distinguer par un louable respect du mot d'ordre quotidien.
Il y avait : les Trévires, les Eburons, les Nerviens et les Morins.
Bizarre... aucune équipe n'a voulu emprunter le nom de Ménapiens. Que non, ils avaient la réputation de n'être que des mangeurs de patates !
D'autres photos suivront pour évoquer cette inoubliable épopée !

17 octobre 2008

Les filles retournent au "Couvent"

balancoire.jpg
Si mes souvenirs sont bons, c'est à peu près à l'époque de la remise en peinture des salles du Couvent, que le clergé de l'époque 1960-1962 avec les abbés Dermaux (curé) et Hollaert (vicaire),  décida de doter le parc de l'Ancien Alumnat des Pères Assomptionnistes, d'engins de jeux tels balançoires, tobogan, manège sans oublier le grand bateau.

C'est sur ce dernier que l'on peut apercevoir les Patronnées photographiées très probablement en automne alors que le soleil était déja bien bas dans le ciel. Cet dimanche après-midi-là procura à ce cliché un contraste génant pour bien reconnaitre les frimousses, aujourd'hui.
Mais le document vaut toutefois son pesant de souvenirs.

16 octobre 2008

Corvée "Patates" !

patates.jpg
Elles avaient beau redouter la corvée "patates", elles la faisaient avec le sourire.
C'était en 1966, à Petit-Thiers (Vielsalm)

15 octobre 2008

1968, Camp à Chevron

vielsalm cour.jpg
La photo précédente portait au verso l'inscription : "En revenant des sources de Chevron, 13 août 1968".
Quant au présent document, Ghislaine a pris soin d'y écrire :
"Après le rassemblement, Chevron 11 au 21 août 1968 - à droite : Anne-Marie Dewaele, époque de la danse Zorba le Grec. Région des Myrtilles".
Voilà qui devrait rappeler bien des souvenirs.
D'ailleurs, voici un autre cliché du même camp : l'image du départ, au Bizet. Devant la bijouterie de la rue du Touquet, encore pavée.
ghislaine 003.jpg

14 octobre 2008

Où vont-elles ?

marche en chantant.jpg

Un kilomètre à pied, ça use, ça use
Un kilomètre à pied, ça use les souliers.

Deux kilomètres à pied, ça use, ça use
Deux kilomètres à pied, ça use les souliers

Trois kilomètres à pied, ça use, ça use
Trois kilomètres à pied, ça use les souliers

Quatre kilomètres à pied, ça use, ça use
Quatre kilomètres à pied, ça use les souliers

Cinq kilomètres à pied, ça use, ça use
Cinq kilomètres à pied, ça use les souliers

Six kilomètres à pied, ça use, ça use
Six kilomètres à pied, ça use les souliers

Sept kilomètres à pied, ça use, ça use
Sept kilomètres à pied, ça use les souliers

Huit kilomètres à pied, ça use, ça use
Huit kilomètres à pied, ça use les souliers

Neuf kilomètres à pied, ça use, ça use
Neuf kilomètres à pied, ça use les souliers

Dix kilomètres à pied, ça use, ça use
Dix kilomètres à pied, ça use les souliers

Onze kilomètres à pied, ça use, ça use
Onze kilomètres à pied, ça use les souliers

Douze kilomètres à pied, ça use, ça use
Douze kilomètres à pied, ça use les souliers

Treize kilomètres à pied ça use, ça use
Treize kilomètres à pied ça use les souliers !

Quatorze kilomètres à pied ça use, ça use
Quatroze kilomètres à pied ça use les souliers !

Quinze kilomètres à pied ça use, ça use
Quinze kilomètres à pied ça use les souliers !

Seize kilomètres à pied ça use, ça use
Seize kilomètres à pied ça use les souliers !

Ouf !
Elles sont arrivées. Mais une faute de frappe s'y est glissée ? Mais où ?