Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 décembre 2008

Diable, que font-elles ?

Coll buiten.jpg
Ce cliché nous ramène à sept.- octobre 1976, exactement.
Un groupe de jeunes filles s'affairent avec une occupation manuelle. Du tricot, du crochet ? 
Des scoubidous ?  Toujours est-il que chacune semble agréablement partager une ambiance joyeuse.
Mais, à bien observer cette photo, on aperçoit les pierres d'un mur contre lequel elles s'appuyent. 
Quel est donc ce mur ?
"Bon sang, mais c'est bien sûr !"...  pour reprendre une expression de Raymond Souplex !
Il s'agit du sous-bassement des murs du "Couvent", autrement dit, le Domaine Paroissial.
Par chance, il ne pleut pas. Et la météo semble fraîche. Sinon, elles auraient dû trouver refuge... ailleurs.
Où ?  Dans un garage privé ou sous le préau, si cela leur était possible.

Diable, que font-elles ?... pour revenir à notre titre !
Ces filles se sont rassemblées comme tous les dimanches !  Au Couvent !
Mais... "cré nom de dieux"...  elles n'ont pu rentrer dans le bâtiment.
Les serrures avaient été changées... volontairement à leur insu !
Prochaine note : le détail complet du dilemne.
 

10 décembre 2008

Parents et Patronnés méditent... !

oasis discussion parents.jpg

Dans la même petite salle de l'aile gauche du "Couvent", les jeunes gens Patronnés se réunissent avec la participation de plusieurs parents.
Qu'y avait-il à l'ordre du jour ?  Ce cliché ne parle pas ! Mais, à avoir l'attention au cours de cette réunion, le sujet devait être épineux.
Quelles difficultés le Patro avait-il..., (pour reprendre une expression très à la mode au gouvernement aujourd'hui)... à "mettre sur la table" ?
N'allons pas dire que... nul le sait encore.

 

09 décembre 2008

Bon sang de bonsoir... C'est quoi ça ?

oasis activité.jpg
Cette photo traine dans mes archives journalistiques. Il s'agit d'une réunion du Patro qui devait déjà s'appeler alors  OASIS.
On y reconnait le coin de l' Epine par la fenêtre, les tables en tubes typiques du Patro, un garçon dans le fond entouré de demoiselles.
Une couverture sur un sofa.  Du "Decowall" , un revêtement mural que les Grands du Patro St-André avaient posé.
L'occupation de moment devait être du "bricolage".
Bref, on ne peut compter que sur quelques commentaires pour donner plus de précisions, aujourd'hui.
Toujours est-il qu'à l'époque, l'ambiance commençait tout doucement à devenir électrique.

08 décembre 2008

Deux OASIS qui ne sont plus qu'un !

Oasis camp filles.jpg
Oasis initiative.jpg
Ces deux clichés, séparant les filles et les garçons, indiquent que le mouvement de jeunesse ne fait plus qu'un.
La chemise verte et la cravate jaune sont dorénavant à condamnées à devenir du... chiffon.
C'est tout un symbole qui s'en va.
Ce symbole sera-t-il bien perçu dans la paroisse ?
L'avenir le dira.

 

07 décembre 2008

Bon appétit ! Parents et sympathisants !

Oasis repas famillial.jpg
Les repas associatifs, au Bizet et à Ploegsteert, ont toujours eu un franc succès de participation. Pour remplir la Caisse du groupement, que faire d'autre que de proposer un Pierrot, le plat typique local des clubs.
Le Patro de l'époque avait bien compris l'intérêt financier d'une telle opération : il s'est donc mis aussi à inviter les Parents dans le réfectoire de l'ancien couvent.
Notre plaisir aujourd'hui sera, non pas d'en deviner le menu, quoique certains observateurs pourront déceler un détail, mais d'en reconnaître les visages.
A vous de jouer...

 

05 décembre 2008

Pour imiter "derrière le rideau de fer"

Col danseurs.jpg


Quel joli groupe de jeunes gens qui se tiennent par les coudes pour témoigner de leur unité, de leur harmonie, de leur solidarité, de leur passion. LA DANSE. De Russie, qui plus est !
Les Patros St-André, des Garçons, et Notre-Dame des Jeunes, des Filles avaient fusionné pour rebaptiser leur mouvement "OASIS"
La mixité du Patro Bizétois était donc chose faite. Bon gré, mal gré.
Parmi les activités pour les "Grands", on se souviendra d'un groupe de danses folkloriques que notre regretté ami Luc D. en était à l'origine.

L'une des danseuses peut-elle nous en dire plus ? Elle se reconnaitra !

 

04 décembre 2008

Pour Véronique qui vérifie !

werner sac.jpgwerner chemise v.jpgwerner vaisselle.jpg
D'accord !
Véronique doute une fois de plus des affirmations mises dans les commentaires.
Etait-ce bien, l'autre jour, Momo assis sur le rocher ?
Maintenant, c'est au tour de Werner qui n'aurait pas porté la chemise verte ?
Eh bien... elle a raison pour la cravate. Car... un foulard n'est pas une cravate !

Blague à part... Véronique !  Peux-tu nous dire quel est l'endroit de la photo noir et blanc !

Encore une... Collecte de Vieux Papiers !

Col Collecte avec JV.jpg
Voilà, Véronique, il suffisait de demander.
Une collecte réalisée grâce à la complicité de la Maison "Chez Madeleine" dont le camion fut confié au fils Yves.
On remarquera aussi la présence de M. Jean V. qui, tout doucement, s'intéressa activement à la bonne marche du Patro.
Ce sera, oh combien, nécessaire !  Car, qu'il (le clergé) le voulait ou non, les patros étaient prêts pour fusionner et vivre dans la mixité, sans problèmes !

03 décembre 2008

Ah !... Ces fameuses collectes !

Col collecte papier desbonn.jpg


Une collecte de papiers, une parmi tant d'autres. Avec au volant du tracteur tirant la benne déjà remplie, Pierre D.
Quel en était le profit de telles actions lucratives ?  Tout dépendait du cours ! Et aujourd'hui, on sait que le cours peut grimper ou dégringoler d'un jour à l'autre.

Mais, je vais profiter de ce cliché pour narrer la toute première collecte à laquelle j'ai participé.
J'avais encore des courtes culottes. C'est dire l'époque. Nous allions de maison en maison pour récolter le papier que les "paroissiens" voulaient vous donner. On chargeait tout ça sur...  sur la plate-forme tractée par le cheval noir, Sarah, du dévoué Adolphe D.
Puis, un autre jour, (ou l'année suivante ?), nous avions la chance de profiter de la charette à bras qu'Ernest Oreel utilisait pour la livraison à domicile de son charbon. Quelle épopée ! Et quel danger surtout, dont nous n'étions point conscients. Mais heureusement, rien de grave ne survint.

Pour le déchargement du papier, nous pouvions le stocker une très petite salle de l'ancien couvent. Et là... Oh lala ... nous en avons gardé le souvenir le plus pétillant. Les gamins à l'âge ingrat que nous étions , nous nous empressions d'ouvrir les paquets bien ficelés pour y découvrir quelques périodiques nous montrant sinon un baiser d'amour comme l'on devait probablement voir au cinéma (proscrit pour nous, les patronnés) ou une "paire de nichons" qu' offrait un Paris-FLIRT, un ICI-Paris ou  un CINE-revue.
- "Ravisse ichi" criait-on, victorieux de la découverte !

C'était un péché contre le 6e. Gênés, nous en étions bien conscients. Mais, comme aucun écclésiastique n'était là pour nous surveiller, la violation de cet inerdit n'en était que plus savoureuse.

De mémoire de vieux ancien patronné, il s'agit ici du seul souvenir érotique qui s'est gravé dans nos mémoires, dans le cadre très pudibond du patro d'autrefois.

02 décembre 2008

Eric, alla chitarra, ha il suo ammiratori!

Dans_le_train_retour_d'Italie.JPG
Il porte le même nom que le petit Werner qui a osé arroser le père Joseph, mais c'est au autre qui gratte la guitare. Cela se passait dans le train qui emmenait le Patro en Itaie ou qui les en ramenait. Je sais pas.
Ce cliché mérite d'autre part un sacré commentaire. Avec Eric et son instrument, on ne peut pas évoquer cet orchestre qui émana du patro.
Vous rappelez-vous ?  Des Soulfinger.  Je ne vais pas m'aventurer à donner la liste des musiciens et du chanteur, mais... que la naissance de cet groupe musical se soit déroulé au sein du Patro, je ne serai pas étonné.
Quant au camp en Italie (en Val d'Aoste, probablement) voici une autre photo qui révèle certainement le charme qu'offrait cette région.
Merci à celui que l'on reconnait aisément.
En_Italie.JPG
E 'un peccato che i campeggiatori non hanno imparato a parlare italiano, piuttosto che suonare la chitarra.