Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 décembre 2008

"LE PATRO VAINCRA !"... suite !

Oasis 1.jpgCette photo, uniquement pour donner un peu d'air au blog. Elle illustre une occupation, en salle, d'une équipe de "Chevaliers". Remarquez les armoires, dans le fond, et à droite : les lavabos restés presque intacts de l'époque où les Alumnistes les utilisaient, avant la guerre 40.
Plus tard (vers 1960 ?), ce local devint le "Cours Technique", cher à M. Roger Menu, directeur d'école. Bref, revenons à notre note d'hier... En voici la suite :

"Voyons l'affaire "Tante J.".

Vers le 20 décembre 75, le Patro reçoit par l'intermédiaire de Melle M.J. R., une lettre de Tante J. qui demande que nous vendions des cartes de voeux au profit du Home d'enfants handicapés et abandonnés dont elle s'occupe. Eric répond à Melle M.J. qui transmettrait, que l'on préférerait faire autre chose que de vendre des cartes. C'est ainsi que l'on a décidé de faire une soirée de variétés, les patronné(e)s assurant la première partie, Didier S. et un groupe de Roubaix animant la seconde.
Jean-Marie propose cela à Melle M.J. qui répond avec enthousiasme, ainsi qu'à Tante J. qui marque son accord également. Il va ensuite chez le curé pour demander de faire publier la fête dans le journal paroissial : celui-ci refuse catégoriquement, sans l'avis du comité paroissial. Le Patro décide de faire la fête quand même, estimant que le Curé était mal placé pour interdire alors qu'il n'avait jamais rien fait de bien positif.

C'est alors que, sans l'avis ni du Comité Paroissial, ni du Comité de gestion, il interdit le Domaine au Patro (qu'il dissout) et fait mettre de nouvelles serrures sur les portes.

Cette position dure et quasiment sans recours soulève l'indignation chez les Patronnés, les Anciens et certains parents qui connaissaient la situation. On note aussi la désapprobation de personnes qui ne nous avaient pas compris jusqu'alors, ainsi que des personnes extérieures à la Paroisse.

Le curé sera-t-il obligé de céder du terrain dans ce débat qu'il a lui-même provoqué ? Les personnes qui travaillent actuellement au Patro ne sont plus des interlocuteurs valables; peut-être avons nous trop de références et de points de repère ?"

Commentaires

Je me souviens avoir vendu des cartes pour Tante Jeanne, j'en ai même vendu au curé mais il ne voulait pas que nous fassions une fête publique pour (d'après ses mots) "une défroquée".
Nous n'avions jamais réussi à l'intégrer au Patro. Il n'assistait quasiment jamais aux réunions de dirigeants ou alors ça paraissait l'ennuyer plus qu'autre chose. A une époque nous aurions voulu faire une messe impliquant les jeunes du Patro mais il n'avait pas le temps ou pas l'envie sans doute.

Écrit par : Véronique COQUEL | 15 décembre 2008

Dans l'idée émise par Véro, Jean-Marie Schouteten et moi-même voulions organiser une messe mensuelle avec animation du patro; lorsque nous sommes allés trouver notre "cher" curé, celui-ci étant occupé à tapisser n'avait pas le temps de nous recevoir.
Il ne fallait pas être grand clerc pour deviner la réaction du patro du moment.
L'ambiance n'a fait que se dégrader et quand l'eau à mettre dans le vin ne venait que d'un côté, il était tout à fait logique d'arriver à la manifestation prévue et ceci en tout dernier recours.
Le vendredi qui précédait celle-ci, nous avons eu une dernière réunion, si ma mémoire ne me fait pas défaut, celle-ci devait s'être faite chez moi.
Et comme aucune issue n'était envisageable, les dés ont été lancés.
Je suis quand même parvenu à tempérer un peu Jean-Marie qui voulait qu'on aille taguer le presbytère.

Écrit par : Francis JOSEPH | 15 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.