Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 décembre 2008

"LE PATRO VAINCRA !"

Col manif place.jpg
De mémoire de Bizétois, jamais nous n'avions vu une telle manifestion avec banderolles, traversant les rue du Bizet pour exprimer ouvertement un mécontentement.
Aujourd'hui, c'est devenir chose courante : il n'est pas un jour sans que la télé nous montre des images d'attroupements, de défilés, d'orateurs criant haut et fort leurs revendications.
Ici, sur notre cliché, les banderolles sont suffisamment parlantes !

Pour mieux comprendre ce qu'il en était exactement, voici, ci-dessous, le texte de préparation à la réunion d'information, du vendredi 21 mai, 8 H, au Café Central.
"Chers Parents et Amis,

Vous le savez maintenant, l'accès du Domaine Paroissial nous a été interdit par le curé qui a dissout le Patro. Il a rectifié en disant que les activités étaient suspendues provisoirement : voir Dimanche/Journal paroissial.

Afin de vous éclairer sur les raisons qui l'ont poussé à cela, revenons sur les différents faits et heurts qui l'ont opposé au Patro.

Lorsqu'il est arrivé dans notre Paroisse, il avait la difficile mission de succéder à l' abbé H. , alors vicaire. Afin de l'aider et de le "mettre dans le coup", les dirigeants et dirigeantes n'ont ménagé aucun effort (réunions, invitations multiples...) pour intégrer le curé au Patro.

Francis J., qui était alors Président, ainsi que les dirigeant(e)s en sont venus à la conclusion que devant le peu d'enthousiasme ou la négligence de l'aumônier, ils ne pourraient plus compter sur lui pour seconder les activités.

Francis s'est ensuite marié, laissant la succession aux dirigeants beaucoup plus jeunes, qui sans le curé, se sont maintenus tant bien que mal.

Jean-Marie S. a ensuite repris du service, seul, sans l'aide ni du curé, ni de personnes adultes actives. Il s'est donc démené quasiment seul pendant deux ans contre beaucoup de monde :

- le curé : qui n'a jamais apprécié sont franc-parler (...)

- certaines personnes et du Comité Paroissial, et du Comité de gestion du Domaine Paroissial, et de la Ligue des Femmes qui ne se sont jamais retenues de critiquer, de faire courir des bruits, de réclamer pour des carreaux cassés, pour le matériel endommagé, pour le bar ("l'on préférerait les voir dans la rue ou au Lutetia"), pour le fait que certains patronnés ne manifestent que peu d'enthousiasme pour les activités paroissiales,...

L'année dernière, Eric DK est venu aider Nicole et Jean-Marie pour essayer ensemble, sinon de redémarrer, du moins pour parer à l'absence de personnes adultes au Patro.

Actuellement, nous formons un groupe d'environ 60 jeunes.
________________________________________________

Suite du texte dans la prochaine note.

Commentaires

Ah le patro...

Écrit par : Philippe | 12 décembre 2008

Période plus que difficile.
Des banderoles plus agressives avaient été ridigées pour la manifestation que nous avions organisée sous la protection de la gendarmerie.(Je ne sais pas si Michel en possède une trace)
Celle-ci avait eu lieu un samedi après-midi, quant à dire la date, je ne la connais plus.
Pour mon compte personnel, en tant qu'instituteur dépendant du "sacro-saint" P.O de Saint-Henri, on m'a fait le reproche, par personnes interposées, d'avoir participé à celle-ci : pour eux, j'allais contre le clergé bizétois et peut-être contre celui du canton.
Des réunions de concertation ont eu lieu chez le doyen du moment : l'abbé Collie qui, lui avait été le grand ami du vicaire Hollaert.
D'autres avaient eu également lieu avec l'abbé régional du patro; mais sans succès, notre cher "Babar" restant sur ses positions.
A cette époque, j'ai eu des périodes de tension avec mon paternel qui prétendait que j'allais perdre mon emploi.
Pour ma part, je pense avoir eu la chance que l'abbé Michiels fut nommé "doyen" de la paroisse d'Ostende.
Une personne qui est parvenue à débloquer cette situation inextricable fut notre amie Florimonde Loridan.
Les dessous des tractations ne m'ont jamais été communiqués

Écrit par : Francis JOSEPH | 12 décembre 2008

on m avait vaguement parler de cette situation .
mais jamais je ne penser que cette chose avait pris autant d empleur.
nous qui avons connu mai 68 je craint que cela aurait ete encore plus chaud

Écrit par : jose | 12 décembre 2008

je m apercoit qu il y a un certain philipe qui a fait le premier commentaire .
ca serait p vanmassenhove.

Écrit par : jose | 12 décembre 2008

Ou bien, c'est peut-être Philippe Debaene ?

Écrit par : Francis JOSEPH | 12 décembre 2008

Avant d'en arriver à cette manifestation, nous avions eu de nombreuses réunions.
Je crois me souvenir que nous en avions eu une chez Lily et André lorsque ceux-ci habitaient encore dans la rue Dancette.

Écrit par : Francis JOSEPH | 12 décembre 2008

c qui des 2 philipe.
laisser nous un petit mot ca serait sympatique.

Écrit par : jose | 13 décembre 2008

Avant cette fameuse manifestation (la seule à laquelle je n'ai jamais participé) nous nous étions rendu en délégation chez le curé afin d'essayer de lui faire changer d'avis. Je me souviens qu'il y avait Jean-Marie S, Florimonde (pour les parents), moi, Jacques S (pour les anciens), Nicole, Jean-Marie R et d'autres dont je ne me rappelle plus. J'avais 18 ans et j'avais été très choquée de la façon dont il nous avait traîtés. Il nous a reçu dans son bureau avec un air très hautain. Avec Jean-Marie, il n'a pas eu le dernier mot. Finalement, il s'est levé, a ouvert sa porte en nous disant "je n'ai plus rien à vous dire".

Écrit par : Véronique COQUEL | 15 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.