Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 novembre 2008

TRAIT D'UNION : Un article écrit par A. Volt

Maboge catre postale de 1965.JPG


Perdu au coeur des Ardennes

C'est dans ce gentil coin des Ardennes perdu au milieu de ces magnifiques forêts de sapins que nos Patronnés ont passé leur camp.
Ces onze jours furent certaineent les plus beaux de leurs vacances. Ce village, Maboge, n'est qu'une infime partie de notre beau pays qui nous cache encore combien de merveilles. Ce camp fut vraiment une découverte de la nature si jolie au milieu d'un monde merveilleux où nous nous sentons si petits.

Dans le bus, en approchant du charmant clocher qui nous abrita durant ce séjour trop court, tous les campeurs ont regardé, le nez au carreau, ce pays qu'ils avaient tant attendu. Une fois arrivés sur place, nous partîmes vers ces monts qui nous cachaient d'autres et encore d'autres paysages toujours renouvelés, et ceci durant tout notre camp. Tout était là pour nous permettre un camp merveilleurs.

Ainsi ce cours d'eau sinueux, aux allures purement ardennaises, qu'est l'Ourthe, nous donnait toutes les joies rêvées. De très jolis points de vue nous laissaient admirer les Six Ourthes, notre village, qui était devenu le nôtre; car il nous avait reçu bien amicalement sous son clocher. Celui-ci semblait veiller sur son petit chapelet de maisons de pierres. Je revois encore ces petites boutiques au plafond bas et au pavement bosselé où règnait un air ardennais.

Nous étions les bienvenus également dans les villages voisins et nous nous sentions vraiment chez nous. Ces villages, au toit d'ardoises couvrant des batisses aux étroites fenêtres se ressemblent toutes, mais quelque chose leur donne un attrait, une légende peut-être. Nous ne manquions certes pas d'être parfois séduits par l'une ou l'autre chose typique comme ces fontaines qui font partie du décor et donnent un aspect spécial.

La forêt qui forme une écharpe semblant protéger ces bourgs nous laissent de temps à autre apercevoir des animaux tels que les sangliers aux apparences paisibles. Les vallées, déjà merveilleuses, resplendissaient encore de couleurs chatoyantes que leur imprimaient les tentes et les caravanes éparses. Tant de fois nous sommes passés dans ces chemins, sentiers et sous-bois embaumés d'un parfun naturel, le coeur gai, chantant nos joyeux refrains pour nous en aller dans les grands bois verts, y fouler la tendre mousse sans nous soucier de ce demain sera fait.

Le soir, à la tombée de la nuit, tous nous nous rassemblions pour passer une veillée qui faisait oublier la fatigue et nous mettait en fête. Tout ceci n'est que faible description vis-à-vis des merveilles que nous offre cette contrée, il faut réellement y vivre pour les apprécier à leur juste valeur.
Chacun eut le coeur lourd en quittant, d'un pas moins alerte que onze jours auparavant, ce charmant ville perdu au coeur des Ardennes déjà devenu nôtre et qui, une fois le départ pris, nous faisait tourner la t^te comme pour lui dire un dernier adieu.
__________________________________________

Question du jour : Qui se cachait sous ce pseudonyme ?? 

 

Commentaires

notre frere andre qui a l epoque entrer dans le metier comme premier boulot a l unic du bizet avec ca patonnee lily .
il a meme confectionner de ca propre initiative le premier systeme d alarme un peut archaique il faut un debut a tout poser lui la question il en sera tout fier de vous repondre.
a volt egal a electricien .
michel j ai gagner aussi 1 saucisson chez delsale lol

Écrit par : jose | 04 novembre 2008

ce fut un camp splendide il y aura plusieurs anecdote a raconter .
tout comme celui de bellefontaine ca c est un autre chapitre . je laisse le clavier a d autre patronne pour une fois lacher vous car jose se sent un peut seul sur le clavier.

Écrit par : jose | 04 novembre 2008

Ce fût mon premier camp avec le patro ,et Ô combien je l'aimais cette ferme d'où on logeait à quelques mètres de l'Ourthe pour s'amuser et y construire des barrages.Le souvenir est et restera dans ma mémoire de jeune patronné et je dois dire que c'est à ce moment là que j'ai appris à aimer nos ardennes dont j'y retourne dès que je peux.

Écrit par : Joseph Dupon | 04 novembre 2008

Oui José c'est bien André qui se cachait sous ce pseudo ! Aller, tu as été le plus rapide, cette fois-ci, c'est toi qui a gagné une étoile . . . A moins que tu préfères le sauciflard il me semble !

Écrit par : Ghislaine | 04 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.