Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 août 2008

Deux profils, une poignée de mains !

Dru et Henri.jpg

Comment ne pas se souvenir de l'enthousiasme que témoignait le directeur du patro, le vicaire Druart, pour faire vivre son patro dans l'esprit de la prière et des obligations liturgiques.

L'assistance à la messe en semaine ou aux vêpres chaque dimanche à 14 heures nous faisaient mériter, à nous petits patronnés en culotte courte, un cachet "PROFICIAT" tamponné après l'office sur un carton de présence. Lorsque toutes les cases furent remplies, nous avions droit à un joli cadeau : une statuette de la vierge, haute de 15 cm, ou d'une tête de Christ en plâtre. Une véritable incitation à la pratique assidue à l'église ! Et quelle fierté en recevant le cadeau promis ! En espérant sans doute de faire naître quelques vocations  ???

Chaque dimanche soir, à 19 heures, à la fin de la journée du Patro, une longue prière  du soir nous plongeait tristement dans une ambiance cafardeuse.  "Demain, c'est l'école !" pensais-je !  Le vicaire Druart nous distribuait un double feuillet avec une ribambelle de pirères que l'on anônnait sous l'effet de la fatigue.
Plus de 50 ans plus tard, je n' ai pas oublié la mélodie de ce cantique aux paroles suivantes : "Nous voici rassemblés pour vous prier, Ô Père..."
Qui se souvient de la suite ?

20:22 Publié dans 2. Epoque 1950-60 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : patro, bizet

Commentaires

le vicaire druard avec?

Écrit par : brigitte | 07 août 2008

le vicaire druart avec henri dupon dan le hall d enter .
on apercoit la maison du fond de witezaele

Écrit par : pauwels jose | 07 août 2008

Certainement un dimanche après le patro, la maman du vicaire faisait souvent des frites le dimanche soir

Écrit par : Maurice Dupon | 08 août 2008

L'homme qui rentre à le profil à René Daeren ?

Écrit par : Maurice Dupon | 10 août 2008

ce n'est pas papa

Écrit par : brigitte | 11 août 2008

Les commentaires sont fermés.